Les sciences cognitives au service d’une consommation raisonnée

Pourra-t-on vraiment changer nos habitudes de consommation? C’est ce que nous pensons chez O3A, si nous prenons vraiment le temps de nous intéresser au fonctionnement de notre cerveau et à nos façons de penser et d’agir.

Stratégie de la Cognition et Consommation Raisonnée.

Si l’on s’intéresse au fonctionnement du cerveau, et à ses conséquences sur nos façons de penser et d’agir, il est difficile d’échapper à une réflexion sur nombre de nos habitudes sociales qui paraissent « naturelles » et résultent pourtant de mécanismes cérébraux jusque-là insoupçonnés. Il en va ainsi de nombreuses croyances que nous attribuons à notre liberté de choix et de décision alors qu’elles échappent à bien des égards à notre conscience, notre mémoire, voire notre attention.

Les sciences cognitives ont montré depuis longtemps que notre cerveau se projette sur le monde à partir de représentations qu’il a construites depuis le début de notre existence et dont il attend la confirmation lorsqu’il se confronte à la réalité. On peut concevoir le cerveau humain comme une machine biologique qui projette sur l’environnement les modèles internes qu’il a façonné au cours du temps. Ces modèles concernent aussi bien son environnement externe (la réalité extérieure) qu’interne (le corps). Selon cette hypothèse nos perceptions ne reflètent nullement un monde extérieur auquel notre cerveau s’adapterait mais au contraire une projection de nos modèles internes sur une réalité qui les confirme ou les oblige à se réévaluer. D’une façon plus générale on peut dire que nos représentations guident à bien des égards nos comportements, orientent nos choix même si ceux-ci paraissent d’abord dictés par des forces sociales.

Dans cette optique il est intéressant de se pencher sur certaines de nos habitudes sociales pour vérifier si elles ne sont le fruit que  de conditionnements ou si elles répondent à des croyances ancrées dans les modèles internes que nous nous sommes créés. Ainsi on peut s’interroger sur nos modes de consommation pour mieux comprendre s’ils nous sont imposés par la société ou s’ils mettent toujours en jeu des formes de représentation préalablement construites par nos cerveaux. C’est tout l’enjeu d’une réflexion collective sur une « consommation raisonnée » à partir de laquelle il devient possible de mieux appréhender ce qui nous pousse à consommer de telle ou telle façon. Pour cela il faut pouvoir disposer d’un espace de rencontre et de confrontation où les représentations des uns et des autres se croisent et dans lequel des expériences et des ressources se partagent.

Pour conclure :
S’interroger sur nos habitudes et nos représentations, les confronter, c’est ce que l’espace nos modes de consommation vous propose sur https://o3a.fr/les-modes-de-consommation-non-raisonnee/

Partager ce post

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Plus de posts

Comportement

Vive l’Inhibition!

Les neurosciences cognitives montrent le rôle essentiel de l’inhibition dans les processus d’apprentissage. Contrairement à l’idée portée par une psychologie

Retour haut de page