Didier naud

Le cerveau : une machine à projeter.

C’est une avancée très importante des neurosciences: le cerveau est une machine à projeter, à construire des modèles et à anticiper. Donc la perception du monde de chacun est le fruit d’actions de nos systèmes cognitifs. Ainsi on ne peut envisager l’être humain et sa représentation du monde de manière séparée, puisque ils se coconstruisent en même temps.

Le paradoxe du temps en écologie.

Les dégradations environnementales auxquelles doit faire face l’humanité sont, la plupart du temps, attribuées à l’être humain dont les actions et les comportements depuis le début de l’Holocène (12000 ans jusqu’à nos jours) n‘ont cessé de porter atteinte aux cycles et équilibres naturels. Il s’agit de la thèse de la sixième extinction dont le commencement …

Le paradoxe du temps en écologie. Lire la suite »

Retour haut de page